Image Image Image Image Image
Scroll to Top

Haut de page

Menu :
En savoir plus
Lire la suite

Périple

Périple, RN 10, 2014

Je suis née à Angoulême et j’ai vécu une grande partie de ma vie en Charente.
J’ai ressenti assez tôt ce sentiment de nostalgie face au temps qui passe;
Adolescente et pas encore armée d’un appareil photo, je m’appliquais à observer en détails les bâtiments inutilisés, ceux qui étaient voués à la destruction, les rues qui devenaient inadaptées et qui devaient être « mises aux normes »
Je ne voulais pas oublier ces paysages familiers.

Les lieux désertés nous fascinent, parce qu’ils sont des jouets utiles pour nos imaginaires et parce qu’ils nous confrontent d’une manière brutale et directe à des changements qui le sont moins, que l’on perçoit à peine avant d’oublier.
Ces espaces sont autant de traces de l’évolution de nos façons de vivre.
Nous nous déplaçons plus vite, plus loin, nous voulons des infrastructures efficaces et rapides, moins d’embouteillages, plus d’imprévu et il en résulte que le périple ne fait presque plus partie du voyage.

Ces friches font aussi partie de notre histoire, de notre patrimoine et, à l’heure ou de grandes réformes territoriales s’amorcent, il est intéressant de réfléchir à ce qu’elles disent de notre société, de l’évolution de notre mode de vie et de nos liens avec notre territoire.